Structure interne de la Terre

L'intérieur de la Terre est constitué d'une succession de couches de propriétés physiques différentes: au centre, le noyau, qui forme 17% du volume terrestre et qui se divise en noyau interne solide et noyau externe liquide; puis, le manteau, qui constitue le gros du volume terrestre, 81%, et qui se divise en manteau inférieur solide et manteau supérieur principalement plastique, mais dont la partie tout à fait supérieure est solide; finalement, la croûte (ou écorce), qui compte pour moins de 2% en volume et qui est solide.

Le magnétisme terrestre

La compréhension du magnétisme terrestre a constitué un pas très important dans la formulation de la théorie de la tectonique des plaques. Deux aspects du magnétisme retiennent l'attention: le paléomagnétisme et les inversions du magnétisme terrestre. La découverte de bandes d'anomalies magnétiques sur les planchers océaniques parallèles aux dorsales est venue cautionner la théorie de l'étalement des fonds océaniques de Hesse.


1 - Le Paléomagnétisme

Bien que les Chinois aient découvert les premiers le magnétisme terrestre dès l'an 1040, il revient à William Gilbert, physicien et médecin de la reine Elisabeth I d'Angleterre au 16e siècle, d'avoir réalisé que si l'aiguille aimantée d'une boussole pointe invariablement vers le Nord, c'est qu'il y a quelque chose, une sorte d'aimant placé au centre de la terre, et qu'il devient possible de calculer la direction et l'intensité du champ magnétique en tout point de la surface du globe.

La formation des chaines de montagnes

S'il est une question qui a longtemps embarassé les géologues, c'est bien la formation des grandes chaînes de montagnes, comme les Rocheuses, les Alpes, les Himalayas ou les Appalaches. Tout modèle explicatif de la formation d'une chaîne de montagnes se doit d'expliquer, puis d'intégrer, chacun des principaux attributs qui caractérisent toutes les grandes chaînes.

1) Les roches sédimentaires, c'est-à-dire ces roches qui proviennent de la transformation de sédiments comme les sables et les boues, sont très abondantes dans les chaînes de montagnes et contiennent des fossiles d'organismes marins, ce qui implique que les sédiments dont elles sont dérivées se sont déposés dans un milieu marin; de plus, leur composition montre qu'une grande partie de ces sédiments se sont déposés dans un bassin océanique. Première conclusion: avant de se retrouver dans une chaîne de montagnes, tout le matériel sédimentaire se trouvait dans un océan.

2) Il y a aussi des roches métamorphiques dans les chaînes de montagnes, ces roches qui sont d'anciennes roches sédimentaires ou ignées transformées sous l'effet de températures et de pressions très élevées. Ces roches métamorphiques occupent une portion bien définie de la chaîne de montagnes. Il faut savoir que le lieu dans la croûte terrestre où il existe à la fois des températures et des pressions très élevées, c'est en profondeur, à au moins quelques kilomètres sous la surface. Seconde conclusion: les roches métamorphiques résultent de la transformation des roches sédimentaires et ignées de la chaîne de montagnes, en profondeur, dans la croûte terrestre.

Principales phases de la macroévolution des céphalopodes

Les céphalopodes correspondent à une classe qui appartient à l’embranchement des mollusques. Ils sont caractérisés par un mode de vie marin et un régime carnivore : ce sont des prédateurs.
Il existe quatre sous-classes :
- Nautiloïdés (tétrabranchiaux). Ils ont une coquille externe et sont les derniers représentants actuels de ce cas (coquille externe).
- Coléoïdea (dibranchiaux). On trouve dans ce groupe la seiche à coquille interne.
- Ammonoïdés (fossiles). Ils étaient à coquille externe.
- Bactritoïdés (fossiles). Ils étaient à coquille externe.

le cycle de Wilson

A\ Le modèle général.



Le cycle du supercontinent.

Un continent se casse, s’ouvre, se déplace et est reconstitué aux antipodes  c’est un cycle complet de 400 millions d’années.

La tectonique des plaques

C’est le déplacement des plaques au-dessus de l’asthénosphère.


1\ Plaque lithosphérique.


C’est une portion de lithosphère (rigide) en mouvement sur l’asthénosphère (d’environ 100km). Elle peut être de nature totalement océanique ou océanique+continentale.


a\ Frontières et genèses.


Une frontière de plaque est une zone de divergence. Une zone de convergence demandera une zone de subduction.

Les grandes failles qui découpent le rift et la subduction sont des failles transformantes.

Les plaques se forment au moment où l’océan né : la plaque se partage en deux. Il s’en suit une séparation en deux parties.

Expansion des fonds océaniques

A\ Le paléomagnétisme.


Le champ magnétisme moyen est environ de 40000nTeslat (nT). Des roches, les ferromagnésiens, sont susceptibles de prendre l’orientation du champ magnétique contemporain à leur formation, et de la garder (magnétisme rémanent).

L’Orientation : déclinaison + inclinaison (angle du vecteur du champs magnétique avec le plan horizontal).

Inclinaison : nulle à l’équateur (magnétique) et +/- 90° aux pôles.

Si les roches sont capables de prendre l’orientation, on peut alors retrouver les pôles.


Remarque : Si on chauffe une roche orientée, le champ magnétique disparaît.

Les différentes croûtes terrestres

A\ La croûte continentale.


1\ Exemple régional : l’Aquitaine.


On observe différentes formations géologiques, variées.

- Formations métamorphiques.

- Formations plutoniques.

- Formations volcaniques.

- Formations sédimentaires.


On trouve également deux failles qui séparent les formations sédimentaires et métamorphiques. On trouvera aussi des courbes montrant la base du substratum.

1 2