Les nappes de charriage : l’exemple des Alpes franco-italiennes

Dans une collision continentale, la plaque chevauchante (ici la plaque africaine) peut s’avancer sur plusieurs centaines de kilomètres sur la plaque chevauchée (ici la plaque eurasiatique), en poussant des lambeaux de la croûte chevauchée (« marge charriée ») : ce sont les nappes de charriage.


Relief karstique

 Le terme de karstique est dû à la région de Slovénie qui présente un important relief de ce type. A la différence de la plupart des autres reliefs, le relief karstique présente de forts drains de circulation ce qui a pour conséquence un faible temps de transit, peu ou pas de rétention et une faible filtration.

La dissolution externe du calcaire nommée exokarst  est à l’origine des lapiaz (Désert de Platé par exemple) des dolines… La dissolution en sous-sol est nommée endokarst, elle est à l’origine des grottes, aven, galeries…

L’eau pénètre dans les fissures et dissous le calcaire,  ce procédé est à l’origine de ces reliefs que l’on trouve dans la région dans le Vercors, les Bauges, la Chartreuse… Ce procédé valable pour l’infiltration dans des fissures peut être associé à la perte d’un cours d’eau qui disparaît dans un réseau souterrain.

            On distingue deux types de réseaux : s’il est pénétrable, le réseau est dit transmissif, s’il est impénétrable, il est dit capacitif.

            Lorsqu’un cours d’eau sort de terre, on est en présence d’une résurgence s’il y a en amont la disparition de ce même cours d’eau dans un réseau souterrain (perte) ou d’une exurgence s’il n’y a pas de perte en amont et que l’eau sortante provient d’infiltrations.

            Le niveau de base a deux définitions :

-   géologique : il s’agit d’une couche imperméable ou moins perméable sur laquelle l’eau du réseau karstique circule,

-   géographique : c’est le niveau de la rivière ou de la mer dans laquelle le réseau karstique se déverse.

L'océan régulateur de températures et de salinité

Les océans couvrent 70% de la surface de la planète et forment un réservoir énorme qui agit comme un régulateur très important. Nous nous limiterons ici qu'à deux aspects du rôle de grand régulateur qu'est l'océan: l'océan régulateur des températures atmosphériques et l'océan régulateur de sa propre salinité. Nous verrons plus loin (section 3.4) que l'océan joue un rôle primordial dans plusieurs grands cycles biogéochimiques, entre autres, les cycles de l'oxygène et du carbone.

La vie dans les océans

Trois zones marines benthiques retiendront ici notre attention, à cause de leur importance géologique: les plateaux continentaux calcaires, l'écosystème récifal corallien et les oasis des fonds océaniques.

Les dépots océaniques

Dans son ensemble, la charge sédimentaire du littoral n'est qu'en transit; en bout de piste, le gros des sédiments qui proviennent de l'érosion des continents va se retrouver surtout sur le glacis aux pieds du talus.

Le relief des fonds océaniques

Le relief des fonds océaniques est un héritage de la tectonique des plaques.

Voyons d'abord les grandes lignes du relief des fonds océaniques exprimé par la figure suivante.

Le littoral

Le littoral est cette zone de transition entre continent et océan. Il est soumis à deux ensembles de processus, les processus continentaux et les processus marins. Il est le lieu d'arrivée de tout le matériel érodé sur le continent, mais il est aussi le lieu de transit de ces matériaux qui ultimement seront redistribués dans la grande fosse qu'est l'océan. Une partie du matériel sédimentaire qu'on retrouve au littoral provient de l'érosion des côtes, mais, en volume, le gros de ce matériel provient de l'érosion des surfaces continentales et est amené au littoral en des points bien spécifiques, les deltas, qui constituent la décharge des grands cours d'eau.

Érosion et isostasie

A l'échelle continentale, l'érosion par les eaux de ruissellement, la glace et le vent tend à aplanir les reliefs vers un profil de base qui est le niveau des mers.

L'action du vent

Le vent constitue un facteur important d'érosion et de transport des sédiments à la surface de la planète. Il est particulièrement actif dans les régions sèches où la végétation est quasi-absente, comme les déserts. Les régions désertiques, qu'on définit comme les régions qui recoivent moins de 20 cm de précipitations/an, couvrent près du tiers de la surface terrestre. Les grands déserts du monde (Sahara, Kalahari, Gobi, les déserts d'Australie) se trouvent entre les latitudes 10° et 30° de part et d'autre de l'équateur.

1 2