Histoire géologique de la méditerranée

L’histoire de la Méditerranée, c’est l’histoire des Alpes et du rapprochement de l’Afrique et de l’Europe.

Il y a 80Ma, le promontoire apuléen s’est détaché de l’Afrique et un nouvel océan s’est ouvert entre eux: la Mésogée " au milieu des terres ". Quand l’Apulie est entrée en collision avec l’Europe, l’Afrique a continué à se rapprocher de l’Europe refermant la mer Mésogée. La Mésogée existe toujours, elle est au S de la Méditerranée, c’est la mer Ionienne ( S de la Calabre, de la Silice et de Chypre).

Lors de la fermeture de la Mésogée, il y a eu ouverture d’autres domaines océaniques : bassin liguro provençal, Golfe du Lion et domaine tyrrhénien ( archipel des Eoliennes).

 

ILES EOLIENNES.

Cet archipel des Eoliennes est formé de 7 îles disposées en Y.

Au sud à la base de l’Y :

- Vulcano : île proche de la Sicile. Une autre île au N (Vulcanelo) a été rattachée à Vulcano par un des derniers épisodes volcaniques de la région ayant conduit à l’émersion d’un nouveau volcan. Le volcan Vulcano n’est plus en activité.

- Lipari : distante de 800m, elle forme une commune avec 5 autres îles.

- Salinas : cette ile est la plus riche d’un point de vue agricole, ce qui explique pourquoi elle est divisée en 3 communes.

Sur la branche N E de l’Y :

- Panaréa dite île des milliardaires suite au tournage d’un film.

- Stromboli (toupie en italien) dont le volcan est en éruption permanente depuis 20000ans (une toutes les 20 minutes).

Sur la branche N W :

- île des fougères : Finicudi

- île des bruyères : Alicudi

Origine de ces îles.

Les iles Eoliennes sont nées de la subduction de la plaque africaine sous l’Apulie et au volcanisme associé lié à la déshydratation de la plaque subductée. C’est le même scénario que les Cyclades, les Andes ou l’Indonésie.

Les séismes sont fréquents dans l’archipel car la zone de subduction est proche : elle passe sous la Sicile, en bout de la botte de la Calabre puis entre la botte et le talon (golfe de Tarente) et remonte sur le bord des Apennins.

Le Stromboli est un volcan de subduction donc un volcan calco alcalin, il est en outre riche en K2O (basalte très riche en potasse) ce qui en fait un volcan de la série shoshonitique. Ces volcans sont typiques des fins de subduction. Par contre l’Etna qui est proche et très surveillé est plus mal connu. Il était considéré comme un point chaud et il serait en cours d’évolution en volcan de subduction (sa géochimie alcaline devenant calco alcaline). Il devient moins effusif et plus explosif.

image du site ac-nice.fr

Aparté sur le séisme (8,5) de la semaine dernière en Indonésie : Est ce une réplique ou non de celui ayant provoqué le tsunami du 26/12/2004 (9,2)? Oui dans la mesure où s’est ce dernier qui est à l’origine de cette forte secousse comme de toutes les précédentes qui étaient beaucoup moins fortes. Non car ce n’est pas la même faille qui a rejoué mais une autre faille proche qui a certainement joué suite au séisme précédent qui a créé un nouveau déséquilibre.

 

SEQUENCES DE L’HISTOIRE DE LA MEDITERRANEE

1 – Il y a 245Ma.

L’histoire de la Méditerranée commence avec la dislocation de Pangée, il y a environ 245 Ma. Le cycle alpin commence avec cette dislocation de Pangée alors que l’orogenèse alpine débute il y a 80Ma. Il y a un premier rifting conduisant à la création du domaine liguro piémontais. Puis ouverture de Téthys lors de l’ouverture de l’Atlantique central. Au N de la Sicile le volcanisme éolien provoque en arrière de la distension entraînant la formation d’un bassin arrière arc : le bassin tyrrhénien avec un début de dorsale océanique.

L’arc sicilo calabrien constitue un ensemble métamorphique. Il était plaqué sur l’Italie dont il s’est détaché avec l’ouverture d’un océan. En de nombreux endroits, le plancher de Mésogée a aujourd’hui disparu et c’est maintenant la marge N africaine qui entre en subduction (collision).

2 - Il y a 80 à 100Ma (fin du crétacé inf). Apparition des nouveaux espaces océaniques: atlantiques N et S. Leur ouverture entraîne la convergence de l’Europe et de l’Afrique et la fermeture de Téthys. L’Afrique qui est empêchée de se déplacer vers l’E par l’expansion de l’océan indien remonte vers le N, elle éclate simultanément en différents morceaux qui partent vers l’E (Inde , Madagascar) et le N (Apulie).

Les plus vieux plissements des Alpes sont dans le Dévoluy et ils sont plus vieux que l’épisode pyrénéo provençal. Après Corps vers le pic Pierroux, il y a des plis couchés dans le crétacé inf et au-dessus du crétacé supérieur en discordance et non plissé. Ce plissement est donc antérieur au crétacé sup ce qui correspond à la phase où l ‘Apulie remonte vers le N.

L’ouverture de Mésogée au SE de l’Apulie pousse celle ci vers l’Europe (80Ma) et la marge continentale européenne s’enfonce sous l’Apulie, c’est le début du plissement alpin.

3 – Il y a 65Ma : début du paléocène, apparition du Front Pennique. L’Apulie progresse difficilement vers le N et il y a fracturation de la marge européenne qui ne parvient pas à s’enfoncer : FP. Et comme l’Afrique continue de monter, Mésogée ne s’ouvre plus.

4 – Il y a 30Ma :

A ce moment la Mésogée commence sa refermeture, Téthys a disparu sous l’Afrique et Mésogée plonge sous l’Europe. La subduction entraîne l’ouverture d’un bassin arrière arc ce qui provoque la dérive de l’axe corso sarde : il y a ouverture du Golfe du Lion et rifting continental avec du volcanisme provoquant le détachement de la Corse et de la Sardaigne. Ouverture du domaine liguro provençal.

Images animation du site ac-nice.fr

5 – Il y a 20Ma :

Ouverture au début du miocène de la dorsale méditerranéenne qui sépare la Corse et la Sardaigne de la Provence.

Les arguments de Wegener peuvent être repris pour montrer que la Corse et la Sardaigne se sont bien détachées de la Provence:

La forme de la Corse et de la Sardaigne s’emboîte bien dans la cote de Provence. Il y a eu rotation avec une ouverture crustale en ciseaux (ou en triangle).

La Corse est constituée de plusieurs zones :

- Une zone occidentale (Porto - Ajaccio) au sol hercynien (roches métamorphiques avec plutons granitiques) semblable au massif des Maures

- La zone de Porto Vecchio avec des dykes de rhyolite semblables à ceux de l’Estérel. Le permien volcanique du Monte Cinco est analogue à celui de l’Esterel.

- Corte est construite sur des nappes de charriage correspondant aux nappes briançonnaises, c’est une zone interne avec quelques ophiolites (Cap Corse), présence de mines d’amiante. Les autres mines françaises d’amiante sont dans la vallée du Péas au-dessus de Château Queyras. Le Cap corse se greffe sur la région de Gènes et on retrouve les mêmes ophiolites que dans la région de Menton.

- La zone de Bonifacio est de grés calcaires. C’est une zone d’origine méditerranéenne avec des éléments dans les grés qui ont été amenés par des torrents continentaux (stratifications obliques) lors du rift continental (typique de la sédimentation deltaïque).

Par ailleurs le mésozoïque sarde prolonge celui du domaine pyrénéo provençal et le volcanisme important de la Sardaigne datant de l’oligocène moyen est calco alcalin ce qui montrerait qu’il est associé à de la subduction en dessous de l’axe corso sarde d’un espace pré tyrrhénien. Ces arguments sont confirmés par le paléomagnétisme qui confirme une rotation de 25 à 30° pour la Corse et une rotation inexpliquée de 60° de la Sardaigne.

Les fonds sous marins au niveau des cotes provençale et languedocienne révèlent d’importants cañons sous marins. Ils auraient été creusés par les rivières:

- lors de l’assèchements important de la Méditerranée consécutif à la fermeture temporaire du détroit de Gibraltar,

- immédiatement avant le rifting corso sarde il y a eu un soulèvement lié au plissement provençal ayant entraîné l’érosion importante des grés d’Annot. Le bloc se serait coupé lors de la distension liée au rifting puis il y aurait eu détumescence thermique avec un enfoncement des deux marges.

6 – Il y a 6Ma.

Rifting entre l’axe corso sarde et l’Italie suivi de l’ouverture d’un plancher océanique actuellement en cours entre la Sardaigne et la Sicile :la mer Tyrrhénienne. Il est à noter que les îles du Levant sont dissymétriques avec au N une pente douce et des falaises au S : ce relief est typique des blocs basculés. Il y a 10000 ans, ces îles étaient raccordées au massif des Maures, les vallées des torrents sont creusées et existent aujourd’hui sous la mer.

 

 

 

La Méditerranée s’est trouvée, momentanément, presque totalement asséchée vers – 5 Ma, par suite d’une fermeture totale du détroit de Gibraltar : privée alors de tout apport océanique, elle s’est en grande partie évaporée. Le réchauffement a provoqué une montée du niveau et en a fait des îles, y compris l’île de Giens qui est devenue une presqu’île avec l’accumulation du sable sur un haut fond (un tombolo a rejoint l’île et le continent).

Sources : http://www.alpesgeo2003.fr/2%20cr%20cours/2008-mediterranee/doc_mediterranee.htm