Cours de Géologie

Les types d’éruptions

  • Les deux grands types d'activité volcanique

L’activité volcanique peut être de deux sortes ; effusive ou explosive. Les points rouges de la carte représentant les volcans à activité explosive et les points bleus, les volcans à activité effusive.

Les types de volcans

  • Volcans fissuraux ou volcans de dorsale

Ces volcans sont surtout présent le long des dorsales océaniques. On peut également les trouver sur les continents.
Les volcans fissuraux émettent en général beaucoup de lave.
Sa composition nous indique qu’on est tout près de la zone où se fait la fusion partielle du manteau. Celle-ci est très fluide et s’épanche sur de vastes surfaces. Sur les continents, des éruptions successives peuvent engendrer de grandes plaines ou plateaux. S’il n’y avait pas de tensions dans cette zone de dorsale, il n’y aurait pas de fractures qui permettent au magma de sortir.
On trouve ce type de volcans dans les fonds océaniques, particulièrement dans le rift central mais aussi dans des cas particuliers comme en Islande (cette île est assise sur la dorsale de l’Atlantique Nord) ; au centre de l’Inde (le plateau de Dekkan) ; au Brésil (le bassin du Panana) ; aux États-Unis (le plateau de la Columbia) ; en Afrique du Sud (le plateau du Drakensberg) et en Nouvelle-Zélande (le plateau central de l’île du Nord).

Localisation des Volcans

L’activité volcanique est répartie inégalement à la surface du globe. On en trouve sur les continents, les îles océanique et les fonds marins. Certains se situent aux frontières de plaques (volcanisme de dorsale et de zone de subduction), mais aussi à l’intérieur des plaques (volcanisme intra plaque). Les éruptions récentes sont assez limitées et localisées sur certains points bien précis.
   Selon une étude bien précise, il existerait 1511 volcans émergés ayant présentés d’activité dans les dix mille dernières années. Une cinquantaine d’entre eux entre en éruption chaque année. Les triangles rouges sur les cartes suivantes représentent des édifices volcaniques. 80% de ces montagnes de feu sont à la limite de plaques ou vivent sur une faille. Les 20% restant se situent en dehors des limites de plaques ; au-dessus des "points chauds". Ces cartes ne représentent pas les volcans sous marins ; impossible à répertorier, mais qui représentent tout de même 70% du volcanisme de la terre.

Introduction au Volcan

Monstres géologiques, les volcans prennent naissance dans les entrailles de la Terre. Pour comprendre leur fonctionnement il faut étudier l'intérieur de la Terre. Celle-ci est sans cesse remodelée par la tectonique des plaques.

   Les volcans sont des soupapes de sécurité, grâce à eux, notre planète évacue l’énergie accumulée dans son noyau. L’écorce terrestre est formée de douze plaques disjointes. Lorsque deux d’entre-elles se rencontrent, la plus dense passe sous la plus légère. Sous l’effet de la température et de la pression, la plaque plongeante se déshydrate. L’eau dégagée remonte vers la surface et se mélange à la partie inférieure de l’autre : c’est à l’origine du magma volcanique. Au hasard des fissures de la croûte terrestre, le magma remonte vers la surface en faisant des paliers. A quelques kilomètres de la surface la remontée du magma est stoppée.

What is Earth Science ?

Introduction
Earth Science is the study of the Earth and its neighbors in space. It is an exciting science with many interesting and practical applications. Some Earth scientists use their knowledge of the Earth to locate and develop energy and mineral resources. Others study the impact of human activity on Earth's environment and design methods to protect the planet. Some use their knowledge about Earth processes such as volcanoes, earthquakes and hurricanes to plan communities that will not expose people to these dangerous events.

The Four Earth Sciences
Many different sciences are used to learn about the earth, however, the four basic areas of Earth science study are: geology, meteorology, oceanography and astronomy. A brief explanation of these sciences is provided below.

Sédimentation évaporitique

GENERALITES

 Lorsque l'eau s'évapore, elle dépose ses particules détritiques et les ions qu'elle contient précipitent sous forme de sels. Les matériaux déposés constituent une séquence évaporitique. L'ordre de précipitation des sels est le suivant:

                    CaCO3 - CaSO4 - NaCl - MgSO4 - sels de Br et K


 Figure 11-1: masse de sels précipitée dans une saumure en cours d'évaporation.

 On distingue 2 types d'évaporites actuelles:
* les évaporites d'eau libre, provenant de l'évaporation d'un corps d'eau;
* les évaporites capillaires provenant de la précipitation des sels d'une saumure intertitielle dans les pores d'un sédiment.

Estuaires et deltas

GENERALITES

L'embouchure d'un cours d'eau dans la mer représente un domaine intermédiaire où s'affrontent les influences marines et fluviatiles. Le fleuve apporte des matériaux qui s'accumulent et gagnent sur la mer; la mer déblaie et remanie les matériaux apportés. Le résultat dépend du rapport de force existant entre le fleuve et la mer. Lorsque le fleuve a une influence dominante, il construit un delta; lorsque la mer est dominante, l'embouchure est un estuaire. Il existe en fait des intermédiaires entre ces deux types.


LES ESTUAIRES

 L'embouchure est un estuaire quand le fleuve apporte peu de matériaux grossiers, surtout des suspensions fines et des matières en solution, et quand l'hydrodynamisme marin est fort: fortes marées, forte houle, courants littoraux. Ces conditions sont réalisées sur les côtes françaises de la Manche et de l'Atlantique: estuaire de la Seine, de la Loire.
 La circulation de l'eau salée et de l'eau douce suit un trajet complexe qui dépend du cycle des marées. La marée montante refoule l'eau douce en amont sur une distance qui peut être importante (100 Km dans l'Hudson sur la côte est des Etats Unis): c'est le mascaret. La vitesse du courant fluviatile diminue et les matériaux en suspension se sédimentent; les argiles s'agglomèrent en flocons (floculation) sous l'action des ions de l'eau de mer et forment un "bouchon vaseux". Le sédiment caractéristique est la vase. La vase est formée de particules fines de la classe des lutites (limons, argiles), de sulfures et d'hydroxydes de fer et de colloïdes organiques. Comme dans les vasières littorales, qui sont souvent des dépendances d'estuaires, la marée délimite la schorre, zone supratidale couverte de végétation, et la slikke, vase non fixée de la zone intertidale. Dans les régions équatoriales, les estuaires sont colonisés par la mangrove.
 Dans le chenal fluviatile peuvent se déposer des barres sableuses; quand celles-ci deviennent importantes au point de prograder vers la mer, l'estuaire se transforme en delta. C'est le cas actuel de la Gironde.

Talus et bassin océanique

LE TALUS ET LE GLACIS

Structure

 Le talus borde l'extrémitée distale de la plate-forme. Il est généralement entaillé par des canyons sous-marins par où transitent les matériaux qui sont épandus sur le glacis et la plaine abyssale.

 Figure : Morphologie d'une marge continentale passive.